EN PISTE POUR LE TROISIEME TOUR

Publié le par eric montes

En démocratie, le peuple a toujours raison ! Le 6 mai dernier avec une participation massive les français ont élu Nicolas Sarkozy président de la République ; dont acte ! Dans notre circonscription du centre Oise, traditionnellement de Gauche, 32 531 électeurs ont donné 55% des suffrages exprimés à l’ancien maire de Neuilly sur Seine.

Depuis décembre, j’ai  fait campagne avec les Radicaux de Gauche et mes amis rassemblés dans mon comité de soutien pour la candidature du vrai changement portée par Ségolène Royal. Tout en reconnaissant avec fair-play notre défaite, je veux remercier très chaleureusement les 26 578 électeurs qui ont donné leur voix à Ségolène Royal. Nous avons opéré un large rassemblement puisque nous étions 14 141 à avoir voté pour elle au premier tour et 7 500 pour les autre candidats de Gauche. Incontestablement une grande partie des électeurs du Centre ont rejoint notre candidate et je salue sincèrement la démarche courageuse de François Bayrou.

Chers amis de Gauche et de progrès, il nous faut surmonter notre déception naturelle et légitime pour préparer l’avenir !

L’avenir c’est l’indispensable refondation de la Gauche ! Durant sa campagne Nicolas Sarkozy est parvenu à décomplexer un individualisme triomphant (voire arrogant quand on a assisté à sa « retraite » d’après élection sur un yacht de milliardaire). Je reste persuadé que les valeurs d’Egalité des chances, de Solidarité et de Fraternité sont toujours pertinentes pour répondre aux attentes du plus grand nombre. Mais il nous faut les traduire en mesures concrètes et  efficaces. Nous devons également regagner la bataille culturelle des idées ; l’Egalité ce n’est pas le nivellement par le bas ! La Solidarité ce n’est pas l’assistanat généralisé ! La Fraternité ce n’est pas le laxisme ! Ségolène Royal a initié un premier mouvement dans sa pratique de démocratie participative et dans son discours affranchi de certains dogmes, il faut continuer. Partisan d’une Gauche moderne fondée sur ces valeurs, je prendrai des initiatives pour participer à cette nécessaire refondation.

Cela passe aussi par l’abandon du grand écart entre les beaux discours et les actes comme nous le déplorons trop souvent. Ainsi même dans notre circonscription, alors que tout le monde ne parle que de proximité au plus proche des citoyens, la direction parisienne du Parti Socialiste bombarde un élu d’une autre circonscription comme candidat à la députation. Il faut rompre avec ces pratiques d’appareil d’un autre âge !

L’avenir immédiat ce sont les élections législatives des 10 et 17 juin prochains et je vous confirme ma candidature avec ma suppléante Forence Bizien, élue de Laigneville. Notre circonscription populaire doit choisir un représentant qui lui ressemble proche du monde ouvrier et salarié, du tissu associatif, des élus locaux, de la jeunesse multi culturelle des quartiers. Je crois, en toute humilité, pouvoir incarner cette différence et porter vos aspirations à l’Assemblée Nationale. Depuis dix années, au centre hospitalier de Clermont, au football club de Creil, au comité miss Oise, à la régie d’insertion par l’emploi des 1001 services, dans mes mandats d’élu régional et municipal, j’ai pu vous montrer ma disponibilité, mon ouverture aux autres et mes convictions traduites en actes, L’élection législative est une élection de politique nationale mais aussi une élection locale. Elu de terrain vivant parmi vous, je vous demande de m’accorder votre confiance et votre suffrage pour agir à vos côtés  pour une Gauche moderne et un vrai changement !

Chers concitoyens, je compte sur vous comme vous avez toujours pu compter sur moi. J’ai besoin de vous dès le 10 juin….

Cordialement et Radicalement votre

 

 

 

 

Eric MONTES

Publié dans actualité politique

Commenter cet article

SIL 21/05/2007 21:38

LE BAL AU CENTRE
Une analyse radicale sur
http://republicoin.blogspot.com

Ah, ben ça, c’était certain que les 18 % obtenus par mon bon Béarnais risquaient fort de provoquer une sacrée bousculade vers le Centre de la piste de danse politique. Comme quoi, l’appétit des autres leur vient toujours dès qu’ils te voient manger.

C’est ainsi qu’après avoir vu ma candidate flirter avec mon Fanfan entre les deux tours, puis mon DSK rappeler aux esprits gauches que si on s’est pris les pieds dans le tapis, c’est parce que nous n’avons toujours pas appris la « danse du centre », voici que le meneur de troupes de mon courant de pensée politique, courant qui tient plus, avouons-le, de la rigole, mon bon Baylet, se voit lui aussi mener le Bal. Ma parole, c’est « Saturday night fever » à Central park.

Baylet, le président du Parti Radical de Gauche, nous a ainsi indiqué vendredi dernier que puisque la Royale a dansé un slow avec Bayrou, il n’y a pas de raison qu’il ne pogote pas un coup avec le Borloo, le chef des Radicaux de Droite, histoire de voir si un grand Centre Radical n’est pas pensable. C’est vrai, sur le fond, qu’il a raison, mon Baylet, de rappeler que le « Centre n’a jamais été, historiquement parlant, chrétien-démocrate (l’UDF) mais plutôt Radical, à savoir, républicain, humaniste et laïc ». Il est vrai aussi, que le PS avec ses manœuvres d’entre deux tours, est bien mal placé pour critiquer cette chorégraphie radicale. Assez de « l’hégémonie » du PS, nous dit encore Baylet, hégémonie qui s’apparente au monopole de la connerie. Or nous aussi, les Radicaux, on sait faire.

Toutefois est-ce bien le moment pour se lancer dans une « Battle », ces danses de combat hip-hop pompées sur la capoeira, où l’on joue les petits coqs sans se toucher la crête ? Pas sûr. Est-ce là, la danse appropriée ? Je ne le pense pas.
Au lieu d’aller voir si on n’existerait pas mieux du coté de la Droite, ne serait-il pas plus intéressant que les radicaux de Gauche et les sociaux-démocrates s’allient enfin, accrochés à la queue leu leu, afin d’attirer la Gauche vers la rénovation qui s’impose. Bref, ne serait-il pas plus intéressant de recentrer le débat à Gauche plutôt que de le disperser à tous vents.

En tous cas, comme pourrait le dire Howard Bloom, si le Mème (l’Idée comme entité « vivante ») Centriste se divise, c’est qu’il se reproduit ; c’est donc qu’il progresse... Encore bravo, mon Fanfan !

SIL radicalement social-démocrate

sIL 21/05/2007 21:38

LE BAL AU CENTRE
Une analyse radicale sur
http://republicoin.blogspot.com

Ah, ben ça, c’était certain que les 18 % obtenus par mon bon Béarnais risquaient fort de provoquer une sacrée bousculade vers le Centre de la piste de danse politique. Comme quoi, l’appétit des autres leur vient toujours dès qu’ils te voient manger.

C’est ainsi qu’après avoir vu ma candidate flirter avec mon Fanfan entre les deux tours, puis mon DSK rappeler aux esprits gauches que si on s’est pris les pieds dans le tapis, c’est parce que nous n’avons toujours pas appris la « danse du centre », voici que le meneur de troupes de mon courant de pensée politique, courant qui tient plus, avouons-le, de la rigole, mon bon Baylet, se voit lui aussi mener le Bal. Ma parole, c’est « Saturday night fever » à Central park.

Baylet, le président du Parti Radical de Gauche, nous a ainsi indiqué vendredi dernier que puisque la Royale a dansé un slow avec Bayrou, il n’y a pas de raison qu’il ne pogote pas un coup avec le Borloo, le chef des Radicaux de Droite, histoire de voir si un grand Centre Radical n’est pas pensable. C’est vrai, sur le fond, qu’il a raison, mon Baylet, de rappeler que le « Centre n’a jamais été, historiquement parlant, chrétien-démocrate (l’UDF) mais plutôt Radical, à savoir, républicain, humaniste et laïc ». Il est vrai aussi, que le PS avec ses manœuvres d’entre deux tours, est bien mal placé pour critiquer cette chorégraphie radicale. Assez de « l’hégémonie » du PS, nous dit encore Baylet, hégémonie qui s’apparente au monopole de la connerie. Or nous aussi, les Radicaux, on sait faire.

Toutefois est-ce bien le moment pour se lancer dans une « Battle », ces danses de combat hip-hop pompées sur la capoeira, où l’on joue les petits coqs sans se toucher la crête ? Pas sûr. Est-ce là, la danse appropriée ? Je ne le pense pas.
Au lieu d’aller voir si on n’existerait pas mieux du coté de la Droite, ne serait-il pas plus intéressant que les radicaux de Gauche et les sociaux-démocrates s’allient enfin, accrochés à la queue leu leu, afin d’attirer la Gauche vers la rénovation qui s’impose. Bref, ne serait-il pas plus intéressant de recentrer le débat à Gauche plutôt que de le disperser à tous vents.

En tous cas, comme pourrait le dire Howard Bloom, si le Mème (l’Idée comme entité « vivante ») Centriste se divise, c’est qu’il se reproduit ; c’est donc qu’il progresse... Encore bravo, mon Fanfan !

SIL radicalement social-démocrate