SOLIDARITE RENFORCEE AVEC LES SANS PAPIERS

Publié le par eric montes

 

 

La politique répressive du gouvernement sur les sans papiers et son acharnement à vouloir en expulser un nombre maximum est proprement scandaleuse. Voulant flatter un pseudo électorat « Front National » qui aurait voté Nicolas Sarkozy, le sinistre ministre de l’identité nationale et de l’immigration met la pression aux préfets pour faire du chiffre dans l’objectif annoncé de 25 000 expulsions en fin d’année 2007. Voilà donc l’expression de la face non avouée de l’ouverture : pour la  Gauche on débauche des personnalités pour des ministères ou des présidences de commissions en tout genre, pour l’extrême Droite on expulse à tout va et on renforce encore un peu plus l’arsenal législatif pour empêcher toute immigration y compris celle liée au regroupement familial reconnu par toutes les conventions internationales.

Les républicains, les démocrates, les progressistes et les défenseurs des droits de l’Homme ne peuvent accepter cet état de fait en dehors de l’état de Droit sans réagir. La légitimité de la victoire électorale de Nicolas Sarkozy ne justifie pas la résignation et il est de notre devoir de s’opposer, de contester et de défendre les victimes de l’arbitraire.

Ainsi les élus radicaux et verts du conseil régional ont déposé une motion en session du 28 septembre dénonçant cette politique excessive et pour tout dire xénophobe, demandant aux préfets des trois départements picards de stopper leurs initiatives policières qui provoquaient des drames comme ce jeune russe défenestré à Amiens et d’étudier avec humanité les demandes. La motion a réaffirmé sa solidarité avec les citoyens et les associations de défense des sans papiers et sa volonté de poursuivre une politique de coopération décentralisée qui atteindrait le montant d’1% du budget du conseil régional. En plus des huit élus Verts et Radicaux, la motion a été votée par les élus socialistes et communistes et donc adoptée, la Droite et l’Extrême Droite votant contre.

Pour joindre les actes à la parole, j’ai représenté les élus du groupe à la cérémonie de parrainages de sans papiers organisé par la municipalité de Montiers le samedi 13 octobre. Le courageux maire de ce petit village du plateau picard Claude Debaye s’était fait remarqué bien involontairement en organisant le 18 septembre 2004 la première cérémonie en France de parrainages. Depuis de nombreuses communes de l’Oise et ailleurs ont suivi son exemple, tant et si bien que le préfet s’est senti obligé d’adresser aux élus concernés une lettre les menaçant de poursuites judiciaires dans le cadre de l’aide aux clandestins.

Cela n’a pas impressionné Claude Debaye et son conseil qui avait rassemblé samedi une foule de militants et d’immigrés réunis dans une  joyeuse fraternité à la salle des fêtes. Avec des paroles simples mais fortes Claude Debaye a rappelé le devoir républicain de résistance à l’oppression et la définition de la nation française composée d’une communauté de destins. J’ai apporté le soutien de la majorité du Conseil Régional de Picardie en lisant la motion votée. Jean Michel Bavard, le porte parole du collectif Solidarité Migrants Oise a évoqué l’actualité des luttes et les parcours des parrainés du jour.

Intimidés mais heureux, accompagnés de leurs parrains souvent très émus, les sans papiers se sont approchés des élus pour signer leurs actes de parrainage républicain. Ils représentaient les difficultés du monde actuel : un jeune tchéchène, une famille nigériane torturée, des femmes algériennes en rupture familiale, des roms de Serbie pourchassés …Leurs parrains étaient pour la plupart des gens simples de leur entourage oisien, preuve des liens d’amitié qui se créent au quotidien entre français et immigrés aux antipodes d’une société fermée et hostile à l’étranger.

J’étais heureux de participer à ce moment fraternel de résistance, simple mais conscient et volontaire. Il faut que ces initiatives se multiplient pour exprimer le refus de la France réelle à la démagogie gouvernementale. Le maire adjoint de Claude Debaye me confiait : « aujourd’hui, je suis fier d’être élu de Montiers ». Il peut l’être : Bravo et respect !

Publié dans interventions d'élu

Commenter cet article

PEL 30/10/2007 11:21

salut Eric je t'ai laissé ds messages sur tes portables, est-ce que tu peux essayer de me rappeler, merciPascal-Eric