KOFI INVALIDE POUR LA PRESIDENCE DU TOGO !

Publié le par TOGO FUTUR

Nous venons d’apprendre que le conseil constitutionnel du Togo vient d’invalider la candidature de Kofi  Yamgnane pour l’élection du 28 février prochain. Preuve que la candidature de notre ami commençait à devenir dangereuse pour le pouvoir en place.

Le pouvoir en place vient de porter un nouveau coup bas au déroulement de l'élection présidentielle prévue le 28 février. Espérons que l'opposition saura tirer toutes leçons de ce qui vient de se produire pour faire front commun pour empêcher la continuité d'un régime indigne. Souhaitons que Kofi puisse jouer un rôle prépondérant dans les jours qui viennent pour démontrer à tous ses détracteurs ou au soupçonneux qu'il était bien revenu au Togo pour apporter à tous une autre idée, une autre politique et redonner à ce pays l'élan nécessaire pour une vie économique et sociale respectant les droits de l'Homme.

Les amis de TOGO-FUTUR  nous ont fait parvenir la réaction de Kofi que nous transcrivons complètement.


kofi.jpgConférence de presse de Kofi Yamgnane du 2 février :
Mes chers compatriotes,

 

Aujourd’hui, une fois de plus, le Pouvoir totalitaire en place au Togo fait la démonstration qu’il est prêt à tous les simulacres, toutes les manipulations, toutes les intimidations pour s’accrocher au Pouvoir ; et ce aux dépens de la démocratie, aux dépens du peuple togolais qui souffre et qui à soif de changement. La Cour Constitutionnelle tout comme la CENI, ont prouvé qu’elles ne sont en réalité en rien indépendantes du pouvoir politique, puisqu’elles lui obéissent au doigt et à l’œil. Je sais mon dossier inattaquable, et les arguments qui me sont opposés aujourd’hui pour rejeter ma candidature sont totalement fallacieux.  Je vais vous exposer brièvement les deux points sur lesquels a porté leur argumentation :

 

Le premier porte sur ma date de naissance que le pouvoir RPT m’accuse d’avoir falsifié.

Comme la plupart des gens de mon âge, né à une époque où l’état civil Togolais n’existait pas, je possède un acte de naissance indiquant que je suis né en 1945. Cela n’a gêné personne au Togo jusqu’en 1964 année où j’ai obtenu mon baccalauréat.

Lorsqu’il s’est agit d’obtenir une bourse du fond d’aide et de coopération français, la date du 11 octobre 1945 m’a été attribuée arbitrairement, l’administration française n’admettant pas une date de naissance incomplète. J’ai vécu sans problème jusqu’en 2008 lorsque j’ai voulu renouveler mon passeport. Entre temps, l’administration togolaise avait, de son coté décidé sans m’en informer que ma date de naissance sera désormais le 31 décembre 1945.

Tous les Togolais connaissent dans leur entourage au moins une personne qui est dans mon cas. Est-ce à dire que toute cette frange de la population doit être exclue du suffrage universel. C'est-à-dire peuvent être électeur mais non-éligible ?

 

Le deuxième point concerne ma résidence au Togo dont le pouvoir RPT conteste la durée de 12 mois nécessaire avant la tenue du scrutin :

Voici les faits : Je suis arrivé à Lomé le 14 octobre 2008 et loué ma résidence actuelle le 18 octobre 2008. L’acte notarié du bail locatif a été transmis à la Cour Constitutionnelle.

En 2009, j’ai effectué 4 voyages à l’étranger, chacun d’une durée inférieure à 2 semaines. Sur 2 formulaires d’embarquement, j’ai indiqué résider en France. Chacun sait que j’ai deux nationalités, qui ne sont plus incompatibles avec le fait de briguer la magistrature suprême et que j’ai en effet gardé une résidence en France. Je ne pense pas être le seul candidat à avoir une telle résidence à l’étranger.

De plus, les accords de « OUAGA » du 7 août 2009 s’accordent pour dire : « que la résidence s’entend comme l’obligation de présence politique et physique visible permanente ou intermittente des potentiels candidats pendant ladite période. »

Quoiqu’il en soit, une fiche d’embarquement ne peut avoir plus de valeur probante que le certificat de résidence qui m’a été régulièrement délivré par la Mairie de Lomé, après enquête de police sur la réalité de cette résidence pour laquelle j’ai régulièrement payé la taxe d’habitation et ce dès le 9 février 2009.

 

Au vu de tous ces éléments, il est clair que le RPT a cru ainsi trouver le moyen d’écarter le candidat le plus gênant pour lui, c'est-à-dire celui capable d’être élu, et réellement capable de prendre le pouvoir.

Je souhaite dès lors, m’adresser au peuple Togolais, et leur dire que cela n’a que trop duré.

La flamme du changement au Togo frémi dans tous les cœurs, il ne faut pas la laisser s’éteindre.

Il ne faut plus avoir peur. Partout les peuples à genoux, se sont relevés pour leur libération, il en sera de même pour le peuple Togolais : le Combat doit continuer. Si je suis revenu au Togo il y a plus d’un an, ce n’est pas pour moi, ce n’est pas par soif de pouvoir. C’est pour une chose, et cette chose seule : libérer le Togo de la dictature, de la corruption, de la peur.

Le Peuple ne peut accepter ce qui est en train de se passer sous ses yeux. Le Togo doit renaitre, et cela ne peut se faire sans lui. Nous en avons assez des vies brisées par le pouvoir, assez des votes manipulés, assez des mensonges, assez d’intimidations. Tous ensembles, comme un seul homme, nous devons montrer au pouvoir oppresseur et à la communauté internationale que le peuple togolais n’acceptera plus d’être meurtri dans sa chair.

 

Je souhaite aussi m’adresser à la communauté internationale.

Elle ne doit pas fermer les yeux sur ce qui est en train de se jouer ici. Il en va de la liberté d’un peuple, du droit au respect de son vote, de sa dignité, en un mot de son droit à la démocratie.

 

KOFI DEBOUTJe souhaite enfin rappeler au chef de l’État Togolais, qu’il a lui-même appelé au déroulement pacifique et apaisé de cette élection.  Ce qui ne peut se faire si de telles décisions politiques sont prises. Car il ne faut pas se méprendre, c’est bien une décision politique qui à été prise afin de m’écarter, et non juridique. Si la volonté du Président de la république est réellement d’éviter les événements de 2005, il doit prendre en considération le cas qui est le mien et mettre un terme à cette injustice.

 

Mon dernier mot sera en direction du peuple Togolais que j’exhorte à la résistance.

Soyez courageux, n’ayez plus peur, la libération est proche. Rien ne sera plus comme avant.


KOFI YAMGNANE 
  

Publié dans actualité politique

Commenter cet article