Taubira: pas d'allégeance à Sarkozy

Publié le par LE FIGARO

·       Christiane Taubira, députée PRG de Guyane, a affirmé aujourd'hui qu'elle "n'a pas fait allégeance" à Nicolas Sarkozy en acceptant une mission pour la remise d'un rapport sur les accords de partenariats économiques entre l'UE et les pays de l'ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique).

"J'ai accepté de le faire parce que c'est un sujet majeur que l'actualité, a rendu plus essentiel notamment par la crise alimentaire" et "en conscience, il me paraissait plus responsable d'accepter que de refuser", a affirmé Christiane Taubira, en marge du Congrès du PRG à Paris.

"Il ne s'agit pas d'un sujet de politique intérieure, je le fais gratuitement et en toute liberté, sans contre partie, je ne suis engagée en rien vis-à-vis de la politique du gouvernement, je n'ai pas fait allégeance", a-t-elle précisé.
Paru dans le Figaro du 18 mai

PARIS, 22 avr 2008 (AFP) - Nicolas Sarkozy a confié à Christiane
Taubira,
députée (PRG) de Guyane, une mission pour réfléchir aux
moyens de faire des Accords de partenariats économiques (APE) "un atout
du partenariat" entre l'Union européenne et les pays d'Afrique, des
Caraïbes et du Pacifique (ACP).

Selon un communiqué de l'Elysée, cette mission "devrait aboutir à la
présentation d'un rapport pour le 15 juin 2008".
Mme Taubira devra réfléchir aux moyens de faire des APE, "qui tendent
à devenir un sujet de contentieux", "un atout et un instrument rénové du
partenariat" entre les pays ACP et l'UE.

La députée devra notamment se demander "comment dissiper les
malentendus et les doutes qui persistent dans certains pays quant aux
finalités de la négociation des APE", "quels peuvent être les leviers
dont dispose l'UE pour encourager les ACP à poursuivre les négociations
en vue d'APE complets et régionalisés", "comment faire en sorte que ces
accords viennent à l'appui des dynamiques d'intégration régionale en
cours".Elle devra également se demander "comment s'assurer que les
départements et les pays et territoires d'outre-mer français tirent le
meilleur profit de cette nouvelle donne économique et commerciale".
Les APE, proposés par l'Union européenne (UE) à la zone
Afrique-Caraïbes-Pacifique (ACP), doivent remplacer le régime commercial
préférentiel accordé par l'Europe à ces pays en développement et dénoncé
par l'Organisation mondiale du commerce (OMC).
De nombreux pays et organisations ont rejeté ces APE nuisant, selon
eux, à leurs économies fragiles.

Agence France Presse

 

 

 

Publié dans actualité politique

Commenter cet article